• Bientôt...

    Mon fils (pour rappel pour ceux qui qui ne le savent pas il est dyslexique) doit lire pour le collège ce livre alors pour l'aider, j'ai décidé de le lire également. Cela me permettra de me faire non seulement une opinion mais de pouvoir si besoin trouver des solutions pour d'éventuelles questions, un devoir maison. On est jamais assez prévoyant, vous ne croyez pas ?

     

    Moi, Malala

     

    Éditeur : Le livre de poche pour la version française

    Genre : récit autobiographique

    Année d'impression  : janvier 2016

     

    Il a été d’abord publié le 19 août 2014 par Little, Brown Books for Young Readers, une maison d’édition américaine créée en 1926.

     

    Résumé :

    Élevée par des parents éclairés dans un Pakistan en pleine transformation, Malala Yousafzai a toujours été encouragée à défendre ses opinions. Son père, en créant sa propre école et en s'opposant ouvertement aux Talibans, lui a montré la voie. Il a instillé en elle la soif d'apprendre, le désir de résister au traitement des femmes dans son pays. Ce jour-là, le 9 octobre 2012, Malala rentre de l'école lorsque, soudain, le bus scolaire s'arrête. Deux hommes armés lui tirent dessus. Son crime ? Avoir osé prétendre aux mêmes droits que les garçons, et avoir dénoncé les talibans qui incendient les écoles et interdisent aux jeunes filles le droit à l'éducation. Pendant dix jours, Malala reste entre la vie et la mort. Mais malgré l'exil, les menaces, les mois de rééducation, Malala est, plus que jamais, résolue à lutter pour ses convictions.  

    Mon avis  : en cours...

    Ma note  : je ne limiterai pas ce livre par une note car pour moi, il vaut vraiment la peine d'être lu.

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • Bientôt...

     

     

     

    Editeur : autoédition

    Genre : roman fantastique

    Année d'impression :

    Résumé :

    Mon avis : en cours...

    Ma note : / 10

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Amazon.fr - Dissimulations - Marcq, Véro-Lyse - Livres

     

    Editeur : autoédition

    Genre : roman fantastique

    Année d'impression : mars 2019

    Résumé :

    Depuis sa plus tendre enfance, Cassandre Ascari dissimule sa féminité afin d’intégrer la chevalerie au service de son protecteur Eugène d’Ambroise.
    Sous le prénom de Guillaume, sa première mission consiste à escorter une rançon dans le but de délivrer Frénégonde Bailly, retenue en otage par le vil Bryan du Loch.
    Au cours de son expédition, les péripéties se multiplient, tout comme les rencontres avec le mystérieux Jasper, personnage charismatique qui semble la suivre et, lui aussi, dissimuler un sombre secret.

    Mon avis :

    Vous vous souvenez sans doute de cette auteure que je vous avais fait découvrir avec "Ici la terre". Je vous avais dit qu'elle était, prometteuse et à l'époque un brin me faisant penser à Stephen King. Et bien, je récidive pour la lire, cette fois dans un registre différent mais tout aussi passionnant et plein de surprises. Elle revisite la chevalerie à son goût et nous fait palpiter autant le cœur que les sens avec une histoire originale, des personnages attachants et mystérieux. Vous découvrirez son héroïne Cassandre qui porte haut l'étendard des femmes et qui, je suis certaine vous plaira. Dissimulations est un petit roman à dévorer et pas seulement en regardant la belle couverture faite par Véro-Lyse. Dessus, déjà, la belle Cassandre vous invite à la suivre autant par sa beauté que par le mystère de sa personne à découvrir...

    Alors, on explore Dissimulations ?

     

    Ma note : 9.5 / 10

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Editeur : Fayard

    Genre : roman épistolaire

    Année d'impression : 20 octobre 2021

    Résumé :

    «Madame, vous venez de trouver dans votre boîte cette lettre signée d’un inconnu. S’il vous plaît, ne la jetez pas, acceptez de la lire même si, sous le règne du roi Internet, une vraie lettre, sur du vrai papier, écrite à la main : une “lettre hirondelle” comme dans la chanson, peut vous paraître inopportune.»
     
    Lorsque Marie lit ces quelques mots, comment   imaginerait-elle qu’ils sont le début d’une aventure qui va bouleverser sa vie?
     
     
    «Virtuose d’un style simple» pour Paris-Match, «plume inoxydable» pour Le Figaro, Janine Boissard a publié plus de cinquante romans qui ont été autant de succès.

    Mon avis :

    J'ai eu envie de lire ce roman de Janine Boissard pour deux raisons, son titre qui me parlait déjà et que je trouvais touchant et le fait que c'était un roman épistolaire. C'est un genre que j'apprécie particulièrement.

    Ici, Janine Boissard a su composer au fil des lettres écrites entre les deux personnages principaux une histoire passionnante, une histoire d'amour comme on aime à en lire et découvrir.

    Par contre, même si je comprends l'arrivée de courriels dans l'histoire, j'ai trouvé que le modernisme coupait la beauté du roman même si l'histoire se termine bien. Le charme a été ici rompu pour moi.

    J'aurais aussi peut-être préférer une couverture plus sobre et plus mystérieuse à ce roman. J'aime plutôt imaginer les personnages et je ne voyais pas Marie ainsi...  Par contre, ici ressort le fait qu'elle lit les lettres, qu'elle doit probablement beaucoup songer à celui qui lui écrit.

    Je remercie Janine Boissard de nous avoir replongé dans l'univers épistolaire et amoureux et Gilles Paris et son équipe pour le service de presse et leur confiance.

     

    Ma note  : 8 / 10

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Un baiser qui palpite là, comme une petite bête

     

    Editeur : Gallimard jeunesse

    Collection : Hors série Giboulées

    Genre : roman dès 15 ans

    Année d'impression : 9 septembre 2021

    Résumé :

    «Je me suis laissée prendre, comme une fille facile.» Ainsi parle Iris avant de se donner la mort. C'est un choc pour l'ensemble du lycée mais surtout pour Emma, Tom et leurs amis. Conscients d'avoir mal agi, ils tiennent à mieux comprendre ce qui s'est passé et à défendre la mémoire d'Iris.

    Une histoire d'amitié forte qui, sur fond de quête identitaire, aborde notamment les problèmes liés à la violence et au harcèlement.

    Mon avis :

    Merci à Gilles et aux éditions Gallimard pour ce roman que vous pouvez lire dès l'âge de 15 ans comme je l'ai précisé plus haut.

    Comme à mon habitude, je regarde la couverture et bien évidemment le titre m'a attiré. Un très beau titre qui apporte déjà une belle émotion à ce roman.

    Le choix ensuite de l'illustration est également subtile, nous rappelant le style adopté par nos chers ados. Les couleurs semblent aussi avoir une importance ou alors juste penser dans une sobriété tout de même un peu calculées disons pour mettre en valeur, un personnage en particulier, une jeune fille, située au premier plan qui se trouvera dans le livre être le fil conducteur de l'histoire.

    La signification des couleurs varie selon les pays et les couleurs mais je retiendrai, d'après une recherche personnelle que le bleu est un symbole de fraîcheur, de pureté, de vérité et de sagesse. Elle invite à l'évasion, au voyage et à la découverte. Cela peut être donc un choix voulu car la fraicheur est sans rappeler la jeunesse des personnages, la pureté peut renvoyer à leurs actes autant qu'à la virginité ou non d'une fille ou d'un garçon, la vérité bien entendu devant la quête que vous découvrirez en lisant ce livre et la sagesse peut-être du dénouement, des réflexions ou que sais-je encore.  

    La couleur noire est associée à la mort et à la tristesse. Cette teinte qui absorbe toutes les autres représente le néant, le vide, la vacuité. Il représente aussi le mystère. Et, je dirais même en voyant mon ado à la maison, une mode actuelle typique !  Cette couleur donc tient tout son sens dans l'oeuvre de Gilles. 

    Et le blanc, de l'innocence, de la pureté, de la virginité, celui de la paix... de la mise en lumière peut-être également.

    On dirait que les couleurs de l’illustration en disent déjà bien long sur l'histoire que nous allons lire ensuite. Vous comprendrez bien entendu bien mieux en vous plongeant dans la lecture de ce Baiser qui palpite là, comme une petite bête...

    L'univers adolescent est déjà donc mis en place par ses couleurs, le style vestimentaire cool et bien sur, la jeunesse de leur visage et leur expression souriante ou non, rêveuse...

    Puis, le moment de la lecture arrive. Le style de Gilles est maitrisé, vivant, structuré. Il nous plonge totalement dans l'univers de l'adolescence. Il nous dévoile peu à peu ses personnages, des jeunes que nous pourrions avoir connus, avec des expériences que nous aurions nous-mêmes pu vivre ou que nos ados vivent peut-être. Tout y est jusqu'à même leur langage si particulier qui fait que les ados sont ce qu'ils sont, qu'ils ont leur propre univers et leur propre code. J'avoue avoir eu tout de même, sourire, un peu de mal avec ce langage, que nous n'avons pas forcément parlé à l'époque de notre propre adolescence. Mais, c'est ce qui fait encore plus la force de cette histoire et sa justesse.

    Le roman est pour moi est belle réussite, tout en émotion, en rebondissements et nous offre un bel éclairage sur des faits que parfois, nous savons vécus, trop silencieux, douloureux...

    (Par contre, petite note pour Gilles, je ne pensais pas du tout à ce type d'intrigue et de sujet en lisant le résumé. Sujet bien vaste et bien difficile, quelque soit la situation.)

     

    Merci Gilles !

    Merci aux éditions Gallimard pour cette belle publication !

     

    Ma note : 9.5 / 10

     

    Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique