• Prochainement...

    Jardinière du Seigneur


    votre commentaire
  • Prochainement...

    Renaud Séchan

    http://www.renaud-lesite.fr/


    votre commentaire
  •  

    Comme un enfant perdu

     

    Éditeur : XO éditions

    Genre : autobiographie

    Année d'impression : mai 2016

    Résumé :

    Je parcourais les rues,
    Ma guitare sur le dos,
    Comme un enfant perdu,
    Je traînais des sanglots.
    Ma vie n’avait pas de sens,
    Et l’amour fuyait mes pas.
    Je n’ai jamais eu de chance,
    Je n’en aurai jamais, je crois.

     
    Renaud, Lucile, 1969

     

    Quand vous m’offriez des fleurs et que je vous grognais quelques mots inaudibles – d’aller vous faire voir, que plus jamais je ne chanterai, embrumé dans les vapeurs de l’alcool, je vous ai rendus malheureux, comme j’ai rendu malheureux tous les miens. Je le sais, je l’ai lu dans les milliers de lettres que vous m’avez adressées. Eh bien, dans les mois qui viennent, je vais m’efforcer de vous rendre le sourire. Et qui sait ? Peut-être même allons-nous pleurer ensemble du bonheur de nous retrouver vivants, et sous le même ciel. Toujours debout.

    Renaud,
    L’Isle-sur-la-Sorgue, 11 mai 2016

    Ce livre est un événement.
    Après le grand retour de Renaud et le succès triomphal de son nouvel album Toujours debout, le chanteur publie son autobiographie. Dans son livre, Renaud raconte ses amours, ses tourments, sa révolte face aux injustices du monde. Un livre, dit-il, qui permet de comprendre. Sa vie. La vie. Et qui nous bouleverse à chaque page.

     

    Mon avis :

    Toujours debout et fidèle à lui-même Renaud, le timide à l'apparence loubarde se livre dans cette autobiographie publiée aux éditions XO.

    C'est touchant, de la couverture où trône de lui un portrait vieillissant, le regard triste, fatigué et perdu dans un ailleurs et ses révélations de vie intimes au fil des mots et des pages. L'impression d'entendre les mélodies de ses chansons qui ont fait notre jeunesse ou que certains découvrent seulement et l'on en comprend mieux la valeur par la petite histoire qui s'y rattache à chaque fois.

    Pour ceux qui aiment Renaud, aucune déception, on pardonne même ses errances dans les enfers de l'alcool. On noie ses peurs et son chagrin comme on peut, chacun sa façon de le faire. Et on s'imagine attablé à La Closerie des lilas, table 101 à papoter comme de vieux potes avec Renaud autour d'un verre ou encore à lui écrire une lettre sincère et amicale que l'on enverra oui comme çà :  Renaud...à L'Isle-sur-la-Sorgue. Qui sait,  il nous répondra !

    Renaud, le Phénix ? au fond de nous il n'est jamais parti... Et cette autobiographie qu' on a pas envie de ranger dans un carton mais d'avoir toujours sous la main tout en écoutant un bon disque de Renaud... Et les mistrals gagnants.

    A le lire comme çà sur une chaise ou dans un bon vieux fauteuil, un peu avec lui. 

    Et regarder les mots t'en qu'y'en a

    En serrant dans les mains le livre acquis

    Puis donner à rêver à des lecteurs accrocs

    Leur filer du coup de coeur pour de vrai

    Et entendre sa voix qui lézarde les pages

    Vous raconter un peu l'effet que çà fait

    Les mots de Renaud chez Xo

    ses poèmes, ses cahiers d'écolier

    et se sentir gagnant.....

     

    Ma note : 10 / 10

     

     

     Comme un enfant perdu


    votre commentaire
  • Roulement de tambours... Saviez-vous que je suis aussi auteur depuis 2010 et là, je sors un nouveau livre. Regardez bien ...


     

    Laetitia Gand met en lumière les sentiments amoureux dans « Traces de vie »

    L’ensemble des poèmes contenus dans ce recueil s’adresse à tout un chacun, puisque ces textes sont dédiés « à toi, à lui, à nous, à eux, ces amoureux… ». Car le sentiment amoureux est bien connu de l’humanité. Si cet écrit de Laetitia Gand est bel et bien indiqué pour nous le rappeler, il nous pousse également à reconnaître que l’amour véritable est le seul à nous permettre de garder l’équilibre indispensable ; celui qui nous encourage à agir pour nous-mêmes et pour autrui. Nous parlons de vivre, simplement.

    1ere de couverture du livre TRACES DE VIE de Laetitia GAND

    Avec les bisous, baisers, embrassades, joies partagées et autres lieux servant de décor aux tendres sentiments venant du cœur, la poétesse en action nous entraîne, au final, dans ce qui peut être notre quotidien ou encore notre passé, et pourquoi pas un futur…

    Certes, les larmes et le silence s’invitent quelquefois au festin de l’amour profond. Pourtant, certains vers l’attestent : « aimer et être aimé » demeure le plus merveilleux rendez-vous que nous puissions avoir dans la vie, et qui se résume à celui de « donner et recevoir ». De cela, ces strophes sont une belle illustration.

    « Traces de vie », de Laetitia Gand

    Poésie, éditions Cana, 39 pages, 10 euros.

    Revista Cultural, nº.36 

    URL: http://revistamito.com/laetitia-gand-met-lumiere-les-sentiments-amoureux-dans-traces-vie/

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Une putain d'histoire

     

    Éditeur : XO éditions

    Genre : thriller

    Année d'impression : 23 avril 2015

    Résumé :

    Une île boisée au large de Seattle...

    " Au commencement est la peur.

    La peur de se noyer.

    La peur des autres, ceux qui me détestent,

    ceux qui veulent ma peau. Autant vous le dire tout de suite :

    Ce n'est pas une histoire banale. Ça non.

    C'est une putain d'histoire.

    Ouais, une putain d'histoire... "

    Un thriller implacable

    Mon avis :

    Après "N'éteins pas la lumière", surprise de taille, un thriller-pavé comme le lecteur assidu aime à apprivoiser entre ses mains et devant ses yeux qui jonglent avec les lettres et les mots. Bernard Minier ose sortir un peu des sentiers battus, délaissant ses personnages et nous prouver encore une fois son talent de romancier.
     
    Au premier abord, on aperçoit la couverture magnifique signée Bruno Barbette, des lettres dorées pour mettre en valeur l'auteur, la maison d'édition, une accroche évidente pour que le lecteur se procure assez rapidement le fameux thriller en évoquant le fait que cette édition est "limitée", toujours en lettres d'or, comme pour nous dire que c'est une pépite à se procurer et ce dans les plus brefs délais.
     
    Et quelle pépite ! On plonge au travers de la couverture dans des eaux...troubles, fasciné par cette apparition mi ange, mi démon et déjà on sent que l'histoire va nous scotcher car ce n'est pas une histoire banale mais une.... putain d'histoire, titre qui nous frappe tout de suite comme une claque sèche en pleine figure.
    Et le lecteur s'enfonce alors dans le bouquin comme il s'enfoncerait dans les abîmes d'un océan, guidé et mené en bateau avec talent par Bernard Minier qui confirme encore une fois qu'il est un auteur incontournable et qu'il faut oser le lire car il saura même être digne des maîtres du thriller américain.
     
    525 pages qui se lisent sans pause, une intrigue maîtrisée, du suspens jusqu'au bout et des rebondissements.. La fiction dépasse même le réalisme avec un soucis des détails incroyable. Ne se croit-on pas sur Glass Island ? Minier nous offre là des pages et des pages comme un bon thriller au cinéma. Les mots parlent d'eux-mêmes, expriment un fort réalisme. Sang, sueur, peur, stress, tension... On pourrait presque se croire dans une série telle "Esprits criminels" mais du point de vue surtout du criminel lui-même. Tel est pris qui croyait prendre: lecteurs, personnages sont manipulés avec efficacité. Le méchant peut devenir docile et inversement.
     
    Au final, un thriller surprenant, des thèmes variés (l'adolescence et l'évolution vers l'âge adulte, la liberté, la drogue, ...) et très intéressants. Et peut-être aussi une mise en garde sur l'ampleur prise par la technologie dans nos vies.
     
    Rien de tel alors qu'un bon thriller en version papier, non ? Vous pourrez le lire en toute liberté, où bon vous semble et quand cela vous chante. Mais un conseil, une île déserte serait pour vous l'idéal pour vous imprégner de cette putain d'histoire car même les murs parfois comme on dit ont des oreilles, hein !

    Ma note : 10/ 10


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires