• Prochainement...


    votre commentaire
  •  

     

    site officiel du roman

     

    Éditeur : autoédition

    Genre : roman

    Année d'impression : 25 novembre 2016

    Résumé :

    Wihéa, abandonne son chalet dans un village reculé des Hautes-Alpes, pour venir à "la" ville, trouver les assassins de ses parents.

    Un bout de vie compliquée pour une jeune fille de 18 ans, qui va devoir se faire à la mode, passer son permis, trouver à se loger, et ne pas faire confiance à tout le monde...

    Vous parler de ma démarche...du roman... c'est parler de la vie, des gens, comme vous et moi...de ces intuitions, qui traversent notre esprit, de ce dernier, nous donnant des directions à prendre.. de ce sentiment d'être "différent", simplement parce que l'on ressent "autre chose" parce que l'on communique avec l'au-delà, que l'on voit l'avenir...

    Wihéa aurait été brûlée comme sorcière dans le passé... Aujourd'hui, elle est "juste" une enfant Indigo.

     

     

    Mon avis :

    Wihéa, le premier roman signé de la plume de Isabelle Vauché est surprenant. Dès le départ, il semble nous happer malgré quelques maladresses à mettre sur le compte d'une expérience nouvelle pour l'auteur de l'écriture. Cependant, on oublie vite cela et la plongée se fait au travers de la couverture mystérieuse et envoûtante représentant sans nulle doute une partie du portrait de l'héroïne, Wihéa. Un regard comme sorti d'un songe ou d'un souvenir.  (une photographie de Séléna Bottari, la fille de Isabelle Vauché)

    Une écriture fluide, fraîche, délicate et osée pour une histoire captivante où tous les éléments sont réunis pour conquérir un large lectorat. Amour, enquête, suspens, mystère, ésotérisme et un brin d'érotisme.

    Au-delà de l'histoire, on trouvera une culture assez riche, un humanisme profond et peut-être même une volonté de partage et d'éclaircissement sur des phénomènes méconnus et qui souvent font peur ou du moins qui déstabilisent.

    Beaucoup se retrouveront dans ce roman pour diverses raisons.

    On hésite parfois à lire des auteurs méconnus, auto-édités mais oser peut apporter de belles découvertes et des surprises de lecture. Un premier tome qui nous amène ardemment à lire la suite, plein de promesses.

    Ma note : 9 / 10

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Éditeur : Stock

    Genre : autobiographie

    Collection : La Bleue

    Année d'impression : 30 août 2017

    Résumé :

    "Je suis mort. 
    C'est pas le pire qui pouvait m'arriver."

    Jean-Louis Fournier s'est fait autopsier par la charmante Égoïne pour qu'on sache ce qu'il avait dans la tête, dans le cœur et dans le ventre.

     

    Mon avis :

    Parfois, on cherche le livre à l'écriture originale, l'auteur qui va oser même au risque que son œuvre déplaise au plus grand nombre de lecteurs et lorsqu'on a la chance de le posséder en chair de papier entre les mains, on le dévore et même on en redemande à la fin car on a détesté que cela ait une fin en soi. "Mon autopsie" est de ce genre de livre.

     

    L'auteur, Jean-Louis Fournier qui, s'y on le découvre pour la première fois, a déjà un beau palmarès littéraire n'a pas froid à sa plume et use de ses mots pour oser même ce qui dérange et il le fait de manière impeccable. Il nous surprend, nous froisse, au point qu'on aurait envie de lui dire oui "vous êtes un pauvre con" car il avoue, il se confesse sur ses péchés, en particulier ses infidélités avec les femmes mais il sait aussi se faire pardonner tout en montrant qu'il n'est qu'un homme et qu'il a le don de nous faire rire et sourire dans un humour noir fracassant et une autodérision maîtrisée qui nous montre bien l'ampleur de son talent. En effet, ce n'est pas si facile de parler de soi et encore moins de se mettre en avant dans un livre.

    On frissonne aussi jusqu'à l'os en découvrant l'auteur sous toutes ses coutures, sous sa chair et jusqu'à l'intérieur de sa carcasse humaine, donnant sa vie, son corps, son squelette en pâture à la science, à Egoïne au prénom qui sonne encore avec humour et une pointe d'égo qui le rend maitre des mots autant que de sa vie.

    Alors, on se fait un macchabée ? Cela vous dirait d'entrer dans la peau, la chair d'un écrivain qui vous dérangera même ?

    Une autopsie digne d'un grand médecin légiste revisitée en parodie par instant. N'y voit-on pas un enfant en bas âge en scène dans ce lieu mortuaire à qui on apprend à jouer aux osselets ?

     

    Ma note : 10 / 10

     

    c'est un coup de

    Mon autopsie

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Dans mes yeux

     

    Éditeur : Plon et Pocket

    Auteurs : Johnny Hallyday sous la plume de Amanda Sthers

    Genre : récit autobiographique

    Année d'impression : 7 février 2013 (Plon) et 7 mai 2014 (Pocket)

    Résumé :

     

    « La première fois que je suis monté sur scène, je ne voulais plus en redescendre.
    La première fois que j’ai fait l’amour c’était dans le hall de l’immeuble, à la va-vite avec ma voisine de palier.
    La première fois que j’ai dit “papa”, c’était en parlant de moi.
    La première fois que j’ai dit “maman”, j’avais cinquante ans.
    La première fois que je suis mort, je n’ai pas aimé ça, alors je suis revenu. »

     

    Un ouvrage dans lequel Johnny Hallyday se confie sans tabous à la romancière Amanda Sthers.

     

    « Un livre-confession aussi émouvant que cinglant. Il n’y épargne personne, à commencer par lui-même. »Figaro Madame

     

    Mon avis :

    Sous la plume délicate de Amanda Sthers, Johnny Hallyday se livre en tombant le masque.

    Dès la première page, on a cette impression de vivre à ses côtés, dans son intimité et peu à peu de mieux le connaitre. Un beau récit autobiographique sincère, révélateur, entre pudeur et osé, très humain montrant l'homme au-delà de l'idole des jeunes, la star devenue populaire que l'on appelle si volontiers Le french Elvis en Amérique.

    Plongez au coeur de la  vie de Johnny à travers ses yeux et comme l'avait dit une fois son épouse Laeticia,, "Des yeux tellement envoûtants, mystérieux, si emblématiques, mélancoliques aussi, ce regard de qui a tout a vu tout vécu"

    La première fois qu'on le lit, on en redemande et on relit encore.

     

     

     

     

    Ma note : 10 / 10

     

    C'est un coup de

    Dans mes yeux

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Éditeur : Nathan jeunesse

    Illustrateur : Paul Drouin

    Genre : roman illustré dès 9 ans

    Collection : L'école des dresseurs de dragons

    Année d'impression : 20 octobre 2016

    Résumé :

     

    Aux confins du monde de Drâ, trois enfants élèvent trois dragons dans le plus grand secret. Leur refuge : l’École des Dresseurs de Dragons.
    Une mission d’extrême importance attend nos trois apprentis dresseurs : aider les habitants d’un village menacés par un troll géant. Or, les dragons sont perçus d’un mauvais œil par les villageois. Il faut jouer serré ! Les druides et les élèves échafaudent donc un plan solide. Mais un mensonge fait tout échouer ! Les dresseurs doivent alors improviser un nouveau plan pour sauver à la fois le village et la réputation de leur école…

     

    Mon avis :

    Une histoire qui se lit bien certes mais sans trop de surprises si ce n'est le nom des personnages (quoi que Rubis le dragon rouge, Saphir le dragon aux écailles bleues...) et les illustrations. Peut-être sans doute une lassitude liée à des personnages de légendes récurrents qui n'a plus rien d'original si ce n'est l'histoire qui se lie. Depuis Tolkien et J.K Rowling, aucun auteur ne semble apporter de la nouveauté à la littérature mais se contenter de faire du neuf sur du déjà vu, à leur sauce littéraire. Bien évidemment je ne remets pas en cause le talent de l'auteur qui a tout de même réussi à créer une petite histoire sympathique pour les enfants. En revanche, la simplicité de l'écriture certes pour la jeunesse fait défaut. Il est loin le temps de la belle littérature.

    Le coup de coeur n'est pas là. L'attente d'une histoire plus surprenante, plus imaginaire, plus surprenante n'a pas été satisfaite. Doit-on écrire juste pour être dans un effet de mode ?

    Où sont le rêve et l'évasion pour les enfants de lire toujours la même chose ?

     

    Ma note : 4 / 10

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires