•  

    Martine Rouhart

     

    Auteure belge, chroniqueuse littéraire et artiste peintre à ses heures, née à Mons (région wallonne) le 26 novembre 1954. Juriste de formation, depuis toujours amoureuse des livres et de la littérature, elle a été naturellement amenée à prendre elle-même la plume. Mais c’est grâce à l’une de ces épreuves de la vie qui vous tombe dessus sans crier gare que l’écriture a définitivement pris le dessus pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. 

    Associations :

    Membre de l'Association des Écrivains Belges de langue française (AEB)

    Membre du CA de l'AREAW ( Association Royale des artistes et écrivains de Wallonie) depuis 2017 et chroniqueuse littéraire pour l'AREAW

    Sa bibliographie :

    • Au fil des pages, roman, éditions Memory, 2012
    • Puzzle, roman, éditions Memory, 2013
    • Aller-retour, roman psychologique, éditions Edilivre, 2014
    • Séparations, roman, éditions Dricot (Liège), 2015
    • Agir et cueillir, récit, éditions Thélès, 2010, réédition chez Brumerge, 2016
    • Proche lointain, roman, éditions Dricot (Liège), 2016
    • Participation : Résonances, recueil de textes courts, éditions Jacques Flament, mai 2017
    • Participation : L'instant fugace, recueil de textes courts, éditions Jacques Flament, septembre 2017
    • La solitude des étoiles, roman, éditions Murmure des soirs, parution octobre 2017
       

     

      Distinctions :

    • Prix de poésie Pierre Nothomb, 2014 pour son poème Tranchées bleues
    • Prix Émile Poumon, 2014 (décerné par l'AREAW) pour son roman Aller-retour

     

    Publications dans les revues littéraires (articles, poésies et nouvelles) :

    La Revue Générale/ Anthologie de Denys-Louis Colaux, Nos Lettres (AEB)/ Aura (Clair de Luth à Mons)/ Recueil en ligne Immagine & Poesia, Revues en ligne : Le Capital des mots, Infusion, Lichen, etc.

     

    Liens :

    son Facebook :

    https://www.facebook.com/martine.rouhart

    Interview sur le site de la SABAM  :

    http://www.sabam.be/fr/sabam/martine-rouhart-les-nuances-de-la-rigueur-au-service-de-la-cr%C3%A9ativit%C3%A9

     

    Contact :

    martine.rouhart@skynet.be

     

     

    Martine Rouhart

    Martine et Froufrou

     

     

     


     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Le reste de leur vie

     

    Éditeur : Au diable Vauvert

    Genre : roman

    Année d'impression : 2 mai 2016

    Résumé :

    Comment, au fil de hasards qui n’en sont pas, Ambroise, le thanatopracteur amoureux des vivants et sa grand-mère Beth vont rencontrer la jolie Manelle et le vieux Samuel, et s’embarquer pour un joyeux road trip en corbillard, à la recherche d’un improbable dénouement…

    Un conte moderne régénérant, ode à la vie et à l’amour des autres. Tout lecteur fermera heureux, ému et réparé, ce deuxième roman qui confirme le talent de Jean-Paul Didierlaurent.

     

    Mon avis :

    Après le Liseur du 6h27 et Macadam, on retrouve avec plaisir Jean-Paul Didierlaurent dans ce nouveau roman qui confirme bien son talent.

    L'auteur continue de nous montrer que les petites gens peuvent faire l'objet de belles histoires émouvantes et palpitantes. On en ressort ému, grandi, plus vivant que jamais .

    Un roman qui nous apprend la vie, ses douleurs et ses joies, ses espoirs comme ses surprises. Un roman au coeur d'univers particuliers qui nous mène là où l'on ne va quasiment jamais, voire pas du tout. Jean-Paul Didierlaurent a le don de creuser la vie pour en ressortir des trésors. On s'attache à ses mots comme à ses personnages qui pourraient être des personnes que vous connaissez.

    Avec lui il n'y a pas de petitesse mais de la vie à dévoiler et faire aimer. Oui, c'est un peu cela peut-être son style, sortir la petitesse, des univers de petites personnes pour les élever et en montrer la valeur.

    Une fois encore, un roman réussi et donc à découvrir sans plus tarder.

    Ma note : 10 / 10

     

    C'est un

    Le reste de leur vie

     


    votre commentaire
  • Pierre Barachant

     

    Auteur français né en 1949 à Bazarnes, 89 (Yonnes). Sa vie est riche sous de nombreux aspects notamment théâtrale, mouvementée à souhait et passionnée, ce qu'il met avec talent depuis des années dans son écriture. En aparté, son humour qui le rend très abordable et amène à découvrir l'homme.

    A son actif, plus d'une quarantaine de romans, des pièces de théâtre, nouvelles, chansons, etc.

    Sa bibliographie :

    • Le Voyage Incertain, éditions Philippe Olivier, 1990
    • Débine, préface de Jean-Bernard Pouy, éditions Stylus,1999
    • Meurtre au Palais, éditions Jotim, 1999
    • Quand les poulpes auront des dents, éditions Baleine/le Seuil, 1999
    • Un Marquis de Campagne (co-auteur Serge Billard) Historique, autoédition, 2003
    • Je me demande, éditions Atelier de Hanneton, 2005
    • Mets de l’huile (co-auteure Émilie Panisset) éditions Nykta, 2009
    • Ni rien et tout, éditions Edilivre, 2012
    • C’est autour de l’homme, éditions Edilivre, 2012
    • Traits portraits (co-auteur Guy Bareff), éditions Edilivre, 2012
    • La Pantomime des Rats, éditions Mon Petit Editeur, 2012
    • Journal précélestin, éditions Edilivre, 2014
    • Fracture, éditions z4 éditions, 2017
    • Demain c'est pour toujours, éditions z4 éditions, 2017
    •  autres : Nouvelles dans de nombreuses revues et ouvrages
       

    Son Facebook :

    https://www.facebook.com/youri.margarine.31

     


    votre commentaire
  • Prochainement...

    Le chat et autres histoires

     

    Éditeur : Z4 éditions

    Genre : recueil de textes

    Année d'impression : juillet 2017

    Résumé :

    Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont le résultat d’un travail accompli au cours d’une résidence d’auteur(e)s qui s’est déroulée à POULX du 5 au 20 juin 2017 à l’initiative du groupe chinois TAETEA (producteur de thé et créateur de l’institut littéraire Taetea).

    Émilie Panisset-Barachant fait ici la démonstration de son talent pour les formes brèves et de son goût pour les histoires « dures ». Un régal de noirceur.

    Avec « Le chat et autres histoires », elle nous offre une nouvelle version de son style multiforme, incisif, sans fioritures, allant à l’essentiel – cette alliance de l’essence et du ciel – il n’a nul besoin de chercher à briller.

    Mon avis :

    Ma note : 9 / 10


    votre commentaire
  •  

    Le cave du Vatican

     

    Éditeur : La Musardine

    Genre : roman policier érotique

    Année d'impression : 13 avril 2017

    Résumé :

    Du suspense, du sexe, de la mauvaise foi, des spaghetti alle vongole et quelques fantaisies maison : Liebig réincarné en San Antonio ! 

    Lorna, très jolie fliquette, a sa méthode pour faire accoucher les suspects et les témoins. Elle donne de son corps. Son collègue Glossu a aussi sa méthode : la mandale. Tous deux se retrouvent à enquêter sur une très sale affaire au cœur du Vatican. Sous les plafonds ornés de la cité papale, le protocole va en prendre un coup : ça va secouer chez les mitres et le Grand Patron va être obligé de s’en mêler. Du suspense, de la mauvaise foi, des spaghetti alle vongole et quelques fantaisies maison. En tout cas, c’est prouvé maintenant : les anges ont un sexe et ils savent s’en servir. 
     

    Mon avis :

    Étienne Liebig nous offre ici un roman policier érotique qui ferait sans nul doute frémir le Vatican et ses fidèles. Meurtres, sexe, dépravation, tout est mis d'ailleurs pour cette réaction. Le genre qui plaira aux amateurs et qui déplaira aux puritains.

    L'auteur nous mène avec brio dans cet univers à la fois sacré et détourné, passant d'un langage familier, limite vulgaire à un langage plein de respect, châtié, à la limite du trop plein cependant pour chacun. On se dirait dans l'exagération, les clichés remis au goût du jour.

    L'ennui s'installe dans la lecture. La sexualité est vite remballée, même pas le temps d'être troublé par les mots. Le suspens cependant est là jusqu'au bout et l'histoire tient la route.

    Pourquoi également parler d'un rapprochement avec la série française de polar San Antonio, créée par Frédéric Dard si ce n'est pour attirer un grand nombre de lecteurs au moins par curiosité. Mais tout lecteur n'a pas forcément lu un San Antonio et la comparaison est peut-être un peu exagérée, sinon un clin d’œil quand à l'illustration de couverture qui n'est pas sans rappeler ce qui a fait le succès des San Antonio entre enquêtes, suspens et créatures plantureuses à souhait. Serait-ce ici une sorte de parodie, de la dérision en comparaison ?

    Le coup de cœur n'est donc pas là. On laissera tout de même planer sur cette œuvre la considération d'un talent d'écriture car Liébig jongle avec les mots, avec le langage ; il ose. Plane aussi les idées, les clichés, tout ce qui reste dans l'ombre, les non-dits, les histoires qui parfois se révèlent au grand jour et qui soulignent parfaitement le fait que tout n'est pas toujours tout blanc ou tout noir. Rien n'est totalement acquis que ce soit de l'ordre du religieux ou de la sexualité, limites ou pas, on peut parfois avoir bien des surprises.

     

    Ma note : 6 / 10


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires