• Les Larmes des Saules de Martine Magnin

     

    Les Larmes des Saules de Martine Magnin

     

    Éditeur : Estelas

    Genre : roman

    Année d'impression : juillet 2015

    Résumé :

     

    Pauline, coiffeuse dans une petite ville d’Ile de France, est mariée à Antoine, plombier de son état, mais entomologiste et sculpteur d’insectes sur métal par passion. Ce couple pittoresque est amené à prendre en charge une résidence privilégiée de huit maisons, située sur une petite île de l’Oise.

    Neuf mois de chronique nous sont ici rapportés par la gardienne qui nous entraîne dans le tourbillon de l’aventure humaine avec ses joies et ses peines. Entre Hélène qui prépare son jubilé et Doris qui tire sa révérence, les saules pleurent. Vous y rencontrerez aussi une petite fille différente des autres qui ne demande qu’un peu d’attention, et bien d’autres personnages tel Max dont on se demande s’il sait lui-même qu’il est un salaud.

     

    Mon avis :

    Première entrée en matière, la couverture du livre. On cherche déjà du regard les saules dont nous parle le titre. Où sont-ils? Est-ce voulu? Un point d'eau? Peut-être comme si l'auteur nous contait cette histoire dans une rêverie qu'elle aurait vécu. L'eau évoque sans doute l'ile où se situe la trame du récit. Nous vient alors une envie de nous asseoir et de voir au-delà de l'eau, au-delà des mots ensuite... L'univers de Martine, son style et découvrir ce qui fait pleurer les Saules.

    Les Larmes des Saules amènent inévitablement les larmes du lecteur, à moins d'une insensibilité chronique. On pourrait évoquer un style ressemblant à d'autres auteurs mais Martine Magnin a son propre talent, orné ici de savoir, d'émotion, d'humour et d'odeurs. Son roman sent bon la vie et son authenticité.

    Sa plume lui ressemble autant généreuse que franche, alerte, intellectuelle autant que rêveuse et romantique. On s'enfonce dans l'univers des Saules et de sa Résidence avec délice. N'est-ce pas une sorte de havre de paix dont chacun rêve?

    On respire à plein poumons les Saules, on les frôle comme on regarde délicatement les mots de Martine qui nous apportent un bien-être intérieur, un réconfort. On ne ressort pas indemne de cette lecture et on a cette impression de sentir encore la bonne odeur de confiture ou de sirop d'érable, comme celle du thé, des fleurs.... Son roman, c'est tout simplement la vie, un hymne, une joie.

    "Et ce n'est pas la fin" comme le dit si bien Martine Magnin....mais le début d'une belle aventure littéraire avec l'auteur.

    Merci à Martine pour l'évocation de Mamie laine, un poème que j'avais composé il y a quelques temps et qu'elle avait trouvé à son goût. Fière là, d'être un peu sa Dodo de l'histoire...

    http://le.comptoir.des.mots.over-blog.com/search/mamie%20laine/

    Ma note :  Juste celle du coeur

    Les larmes des saules

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    martine/lisa
    Samedi 21 Novembre 2015 à 20:19

    merci Laéti , ma mamie Laine à moi, pour cette chronique pleine de tendresse, de sensibilités et de saveurs, j'espère que les lecteurs trouveront du plaisir à lire mon livre, en ce moment, on a besoin de doux moments.

      • Dimanche 22 Novembre 2015 à 19:44

        Je te souhaite un grand nombre de lecteurs. Bises. Laeti cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :