• Le Liseur du 6h27

    Le Liseur du 6h27

    éditeur : Au diable vert

    Genre : roman

    Année d'impression : 5 mai 2014

    Résumé :


    Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d?une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6 h 27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine? Dans des décors familiers transformés par la magie de personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu?on rencontre rarement.
    Jean-Paul Didierlaurent vit dans les Vosges (ah ah, je suis vosgienne d’origine !!). Le Liseur du 6h27 est le premier roman de ce nouvelliste exceptionnel, lauréat à deux reprises du fameux Prix Hemingway.


    Mon avis :


    Ce roman se lit superbement bien. Les mots coulent sous nos yeux. On ne peut qu’être touché par cette histoire, surtout nous autres lecteurs car nous aurions la chair de poule rien qu’en voyant ou en entendant le terme de pilon. Cet affreux terme qui pourtant résonne dans le réel comme dans l’univers de ce roman et qui donne la nausée au personnage principal Guylain qui travaille  pour une entreprise qui pilonne des millions de livres avec LA CHOSE, cette machine, broyeuse de livres en tout genre qui porte le nom si strict et si redoutable de Zerstor 500.

    Le personnage de Guylain, tel un automate se livre à ce travail et cette machine au péril de sa vie. Le quotidien de l’histoire pourrait nous paraître lourd à suivre et donc à lire mais l’auteur a eu le génie de mettre du piment en plus. Et oui, il y a une belle histoire d’amour qui prend forme. Guylain prend tous les jours le RER  aux mêmes heures et lit des pages de livres sauvées de la CHOSE, comme çà, au hasard, assis dans le wagon. Pourtant, un jour Guylain trouve dans le RER une clé USB et curieux, il en lit le contenu chez lui, sur son ordinateur. Progressivement, il tombe amoureux des mots et de la jeune femme qui les a écrit. Mais où est cette Julie ?

    L’histoire se mêle à celle de Giueseppe, un de ses collègues qui a perdu ses deux jambes, broyées par la Zerstor 500 et qui lui a pour quête de les retrouver à sa manière en retrouvant les livres qui proviennent du recyclage après l’accident.

    Jean-paul Diderlaurent nous apprend  à aimer des personnes qui pourraient sembler banal mais pas seulement. Il nous dit je pense son amour des livres au travers de son histoire. La révolte silencieuse face au pilon. Et il termine en apothéose avec la rencontre entre Julie (une simple dame pipi) et Guylain. J’ai beaucoup aimé ce roman car il dénonce le pilonnage de livres mais aussi met en valeur des métiers. Je vous conseille de le lire pour vous en faire votre propre opinion.

    Pour moi, j’ai vraiment aimé... Que dis-je... je l’ai dévoré et je dis merci à Jean-Paul Didierlaurent et aux éditions Au Diable Vauvert.


    Juste pour information, il a été aussi élu coup de coeur du magazine Version Fémina et se propage dans d'autres pays.

    Ma note : 10/10

    C'est un

    Le Liseur du 6h27


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :