• Le cave du Vatican

     

    Le cave du Vatican

     

    Éditeur : La Musardine

    Genre : roman policier érotique

    Année d'impression : 13 avril 2017

    Résumé :

    Du suspense, du sexe, de la mauvaise foi, des spaghetti alle vongole et quelques fantaisies maison : Liebig réincarné en San Antonio ! 

    Lorna, très jolie fliquette, a sa méthode pour faire accoucher les suspects et les témoins. Elle donne de son corps. Son collègue Glossu a aussi sa méthode : la mandale. Tous deux se retrouvent à enquêter sur une très sale affaire au cœur du Vatican. Sous les plafonds ornés de la cité papale, le protocole va en prendre un coup : ça va secouer chez les mitres et le Grand Patron va être obligé de s’en mêler. Du suspense, de la mauvaise foi, des spaghetti alle vongole et quelques fantaisies maison. En tout cas, c’est prouvé maintenant : les anges ont un sexe et ils savent s’en servir. 
     

    Mon avis :

    Étienne Liebig nous offre ici un roman policier érotique qui ferait sans nul doute frémir le Vatican et ses fidèles. Meurtres, sexe, dépravation, tout est mis d'ailleurs pour cette réaction. Le genre qui plaira aux amateurs et qui déplaira aux puritains.

    L'auteur nous mène avec brio dans cet univers à la fois sacré et détourné, passant d'un langage familier, limite vulgaire à un langage plein de respect, châtié, à la limite du trop plein cependant pour chacun. On se dirait dans l'exagération, les clichés remis au goût du jour.

    L'ennui s'installe dans la lecture. La sexualité est vite remballée, même pas le temps d'être troublé par les mots. Le suspens cependant est là jusqu'au bout et l'histoire tient la route.

    Pourquoi également parler d'un rapprochement avec la série française de polar San Antonio, créée par Frédéric Dard si ce n'est pour attirer un grand nombre de lecteurs au moins par curiosité. Mais tout lecteur n'a pas forcément lu un San Antonio et la comparaison est peut-être un peu exagérée, sinon un clin d’œil quand à l'illustration de couverture qui n'est pas sans rappeler ce qui a fait le succès des San Antonio entre enquêtes, suspens et créatures plantureuses à souhait. Serait-ce ici une sorte de parodie, de la dérision en comparaison ?

    Le coup de cœur n'est donc pas là. On laissera tout de même planer sur cette œuvre la considération d'un talent d'écriture car Liébig jongle avec les mots, avec le langage ; il ose. Plane aussi les idées, les clichés, tout ce qui reste dans l'ombre, les non-dits, les histoires qui parfois se révèlent au grand jour et qui soulignent parfaitement le fait que tout n'est pas toujours tout blanc ou tout noir. Rien n'est totalement acquis que ce soit de l'ordre du religieux ou de la sexualité, limites ou pas, on peut parfois avoir bien des surprises.

     

    Ma note : 6 / 10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :