• Une semaine dans la vie de Stephen King

     

     

    Une semaine dans la vie de Stephen King

     

    Éditeur : Léo Scheer

    Genre : roman

    Année d'impression : 3 septembre 2014

    Résumé : Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashes qui crépitent, malgré l'interdiction, ses yeux pétillent. Mi-g&lecirc;né, mi-amusé, l'air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l'estrade, il endosse une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici près de trois cents journalistes venus des quatre coins de la planète : celui de l'écrivain le plus célèbre au monde. »

    Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L'occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective.

    Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l'oeuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son propre autoportrait.

    Mon avis : 

    Alexandra Varrin signe ici un roman sincère,  touchant et authentique.  Elle met le ton déjà sur le thème principal de ce dernier avec le titre "Une semaine dans la vie de Stephen King" et plus remarquable encore la photographie de couverture où elle se met en scène avec élégance,  presque effrayante,  dans une attitude relevant du mal en personne,  scène qui nous fait penser, surtout si on a lu Stephen King,  à la morte dans la baignoire dans  "Shining". L'enfant lumière serait-il alors l'auteur même qui nous ouvre les portes de son univers et donc également celui de Stephen King dans une belle mise en lumière sur l'oeuvre de l'auteur américain tout en parlant de cette semaine exceptionnelle passée auprès de lui. Mais Alexandra Varrin va plus loin encore. Elle se dévoile aussi sur cette photographie en posant son bras nu en dehors de la baignoire immaculée (blanc d'un monde un peu onirique mêlé à une réalité étouffante). En effet, sur sa peau, nous pouvons découvrir un superbe tatouage de Grippe-sou le clown, l'un des personnages créé par le maître de l'horreur en personne (voir "Çà"). Le ton est donné,  on ne s'ennuiera pas dans ce roman de Alexandra Varrin. 

    Dès la première page, les mots défilent et on a soif de lire encore et encore 

    jusqu'à épuisement de la rétine, l'oeil embué de sommeil, quoi que l'on résiste vaillamment pour dévorer encore l'univers de l'auteur et chaque mot résonne comme sa passion sans borne pour Stephen King et nous appelle nous même à lire ou relire les oeuvres de l'auteur américain venu du Maine. Alexandra Varrin n'y va pas par quatre chemins,  elle expose sa vie, cette semaine inoubliable avec son idole ; elle impose son style intelligent,  parfois cru mais marquant et ses mots font écho encore après lecture car elle n'est pas de ces groupies sans cervelle qui virevoltent autour de leur auteur favori. Non, elle sait de quoi elle parle, elle brave sa timidité et analyse l'oeuvre de King comme sa vie, avec sérieux,  finesse et logique. Il aura fallu cette semaine avec Stephen King pour valider une fois encore son ressenti envers lui, nous montrer ce qu'elle est, sans fausseté et sans prétention. Elle écrit par besoin et envie, tant pis si on aime pas son style.

     

    Cependant, elle peut sourire à son style et en être fière car son roman est une pure réussite.  On en ressort grandit et une envie pressante de prendre un roman de Stephen King,  de le dévorer pour ne plus jamais par la suite s'arrêter de le lire. La passion est passée entre les lignes... on se demande alors pourquoi après avoir déjà lu Stephen King,  on s'est interrompu de le lire. Envie d'ailleurs sans doute,  de voir d'autres horizons littéraires. Mais, il n'y a pas d'âge pour se remettre sur le chemin de ll'univers incroyable de l'auteur américain.  Et comme un écho à notre désir de le retrouver, les adadaptations  cinématographiques ou télévisées, nous heurtent pour nous rappeler à l'ordre et nius conduire sur la bonne trajectoire. 

     

     

     

     Ma note : 10/10

     C'est un


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :