• Puisque tu m'aimes

     

    Puisque tu m'aimes

     

    Éditeur : Fayard

    Genre : roman

    Année d'impression  : 3 juin 2020

    Résumé :

     

    Elle a seize ans, elle s’appelle Lou.
    Son père est décédé il y a trois ans. Sa mère est infirmière, et son oncle et parrain est pompier.
    Bref, sa vie familiale et affective est un peu compliquée.
    Et pour ne rien arranger, elle tombe amoureuse d’un photographe amateur qui rêve d’entrer dans la police…

    Nous sommes à Montsecret, petite bourgade de Basse-Normandie. Les villageois sont en émoi. Quel inconscient, quel criminel s’amuse-t-il à mettre le feu lors de repas de noces, au risque de faire de nombreuses victimes innocentes  ? Voilà plusieurs fois qu’il sévit. Les gendarmes sont sur les dents.
    Lou, 17 ans, est jeune pompier volontaire. Son ami de cœur, Stan, photographe et profileur. Ils ont décidé de mener l’enquête, épaulés par l’oncle de Lou, chef d’une caserne voisine, héros admiré de tous.
    Un terrible danger les guette.

     

    Mon avis :

    Puisque tu m’aimes n’est pas un roman d’amour comme on pourrait le croire au départ avec ce titre plein d’intimité et, la couverture trompe également dans son rose comme si nous étions posés au cœur de la corolle d’une fleur, une rose peut-être, représentative de l’amour, de la passion. Mais, le lecteur, à peine entré dans les premières pages du livre comprendra son erreur s’il a eu cette pensée.

    Première approche de l’auteure par ce roman, son dernier en date car elle n’est pas novice en ce domaine et je pense que certains d’entre vous la connaissent déjà ou du moins l’ont déjà lu. On sent la maîtrise littéraire, sans nul doute et d’ailleurs, le temps de lecture est agréable dans une écriture fluide et efficace avec une intrigue qui tient la route mais voilà, ce ne sera pas encore une fois le coup de cœur littéraire. Où est le petit grain original, le petit grain de folie ?  Ici, oui, vous lirez un bon roman mais trop ancré dans la maitrise d’un plan d’écriture pour plaire à un large public. Une fin également trop « happy-end » et trop rapide pour éviter le choc au lecteur peut-être ou par volonté de l’auteure ou de l’éditeur ? Je ne sais pas mais cela m’a déçu. J’ai aimé lire mais je n’ai vu là qu’un roman pour le commerce éditorial.

    Je ne connais pas du tout Janine Boissard et vous m’apprendrez surement sur elle mais lorsque je regarde son portait sur le livre et ce qu’elle a écrit, je sens une opposition entre la femme qui peut écrire et surprendre et ce roman qui me parait conçu pour un certain public, ne cherchant plus à développer vers un autre lectorat.

    Note spéciale à l’auteure : je ne mets pas en doute votre carrière ici, non vous écrivez superbement bien et je comprends parfaitement votre lectorat mais j’aimerais le grain de folie pour vous offrir mon coup de cœur. Je reviendrai sans doute vers vous pour le débusquer.

    Puisque tu m’aimes ou ma première vision de l’œuvre de Janine Boissard, sans déception mais dans l’attente que le regard de Janine se reflète dans son prochain roman peut-être comme la pépite qui me fera battre le cœur. 

    Votre regard me dit que vous pouvez sortir des sentiers battus et surprendre encore plus de lecteurs...

     

    Ma note : 8.5 / 10

     

    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :