• Prochainement...

     

    Résultat de recherche d'images pour "guendy ou la boite à boutons"

     

    Éditeur : Le livre de poche

    Illustrateur : (intérieur du livre) Keith Minnion

    Genre : mini roman

    Collection : imaginaire

    Année d'impression : 5 septembre 2018

    Résumé :

     

    Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs.

    La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n'a-t-il pas sa contrepartie ?

     

     

    Mon avis : en cours

    Ma note : 8 / 10


    votre commentaire
  •  

    Résultat de recherche d'images pour "quand on parle de lou"

     

    Éditeur : Belfond

    Genre : roman

    Année d'impression : 4 octobre 2018

    Résumé :

    " Elle s'appelle Lou et demain elle change de tanière. Elle prend ses louveteaux dans sa gueule pour les emmener ailleurs. Elle défait son couple. Elle déconstruit sa famille. Elle va bâtir sa vie. "


    C'est avec le cœur serré mais une volonté de fer au fond de sa poche que Lou quitte Marc, l'homme de sa vie. Elle part avec leurs deux enfants. La rage au ventre, elle subit les assauts du monde extérieur devenu féroce. D'abord à terre offrant sa gorge à la morsure, Lou, devenue chef de meute, petit à petit renaît. Puis elle tombe à nouveau amoureuse. D'une femme.


    Comme dans un conte pour enfants, faussement naïf et terriblement cruel, Julia Gouazé livre avec force et authenticité le combat de Lou contre l'homophobie, révélant le courage de tout laisser derrière soi alors que l'on avait tout pour soi.

     

    Mon avis :

     

     Il ne s’agit pas d’un conte sur le méchant loup mais si l’on peut dire malgré tout c’est comme un conte qui se termine bien.

    Jeu de mot subtil entre un prénom celui de Lou et le terme commun du loup,  débutant dès le départ dans le titre de ce roman de Julie Gouazé. Son troisième roman pour être exact.

    Un roman qui sort ses griffes comme son personnage, qui pousse des coups de gueule. Un roman sur l’amour. Mais,  pas n’importe quel amour !! L’amour qui est différent pour les autres, différent des autres, celui  vécu entre deux êtres du même sexe et qui est beau mais qui dérange. Alors, Julie Gouazé montre à chacun de ses mots, au travers de son roman comme une bouffée d’air, au départ chaotique. On étouffe, on est près à s’asphyxier puis comme une personne ensevelie on perce un petit trou et on sent l’air arriver, frêle, un filet d’air qui permet déjà de se sentir mieux. Pourtant on en veut plus,  on veut être libre, libre comme l’air pour respirer enfin et vivre !

    Le roman de Julie Gouazé, qu’on aurait peut-être voulu autrement, sans petites phrases hachées,  est bien c’est cela, ce désir de respirer, de vivre enfin, d’aimer vraiment et d’aimer sans être jugé. Alors, on respire comme Lou,  au fil des pages… et,  on découvre sa vie, son univers, sa force. Et on l’admire.

    Un roman emprunt d’une grande sensibilité, d’une touche de poésie autant que puissant dans son thème et dans ce qu’il évoque ; c’est presque à lui-même un combat livré ou du moins un point mis sur les i des ignorants, des intolérants, un appel au changement autant qu’un appel à une forme de liberté.

    Le tout sur des notes de musiques dans la tête sur les paroles de Pascal Obispo (Lucie, 1996) et Georges Brassens (La mauvaise réputation, 1952). Juste un questionnement en tête par contre : pourquoi ne pas avoir mis le nom des interprètes ? Est-ce si évident pour tout le monde ?

    Un roman surprenant.

     

    Ma note :  8 / 10

     


    votre commentaire
  •  

    Éditeur : E/P/A

    Genre : beau livre automobile

    Collection : Transport

    Année d'impression : 24 Janvier 2018

    Résumé :

    Après soixante-cinq ans d’existence, forte de son ancienneté et de sa légitimité, la plus ancienne série automobile américaine continue d’être produite à des milliers d’exemplaires. D’abord née sous la marque Chevrolet en 1953 avant d’être le modèle à succès que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Corvette, elle a inspiré nombre de designers qui n’ont cessé de travailler sa puissance, sa technologie et son esthétique.


    Découvrez dans ce livre l’histoire de cette voiture, de sport de légende, au cours des sept générations qui l’ont vue évoluer, dans des contextes sociétaux en constante mutation.

     

    Mon avis :

    Un titre qui nous laisse rêveur,

    Un avant goût d’une grande marque,

    Un début de logo mondialement connu,

    Une photographie sublime d’une belle corvette rouge et blanche flambante neuve.

    Le lecteur déjà est happé. Subjugué.

    Ses yeux brillent. Il rêve…

    Magnifique ouvrage de Serge Bellu aux éditions E/P/A qui ravira sans nul doute les amateurs et passionnés de belles voitures. Agrémenté de superbes clichés de cette voiture de sport de légende qui  vit le jour en 1953, au départ sous la marque Chevrolet, fondée par Louis Chevrolet, un suisse, il retrace l’histoire de la Corvette à nos jours.  Histoire passionnante et incroyable, revisitée par Serge Bellu et rendu possible par les éditions E/P/A .

    Elle tient toujours la route, continue à séduire et à briller sur les circuits. Découvrez au fil des pages son évolution, ses performances, ceux qui ont contribué à ses différents designs  au fil du temps. Les voitures de la marque Chevrolet ont également marqué le monde de la musique et du cinéma, Elvis, John Lennon, Steve MCqueen la mettent aussi en valeur et partagent la beauté de ses beaux modèles pour notre plus grand plaisir.

    Corvette, sport à l’américaine est un très beau livre à offrir ou à avoir dans sa bibliothèque, d’une grande richesse.

    Laissez-vous tenter !!

     

    Ma note : 10 / 10

     

    C'est un coup de 

    Corvette, sport à l'américaine


    votre commentaire
  • Prochainement...

     

    Résultat de recherche d'images pour "tomber eric genetet"

     

    Éditeur : Héloïse d'Ormesson

    Genre : roman

    Année d'impression : 14 avril 2016

    Résumé :

    Le 5 juin 1983, Yannick Noah s’apprête à disputer la finale de Roland-Garros. Si son idole l’emporte, Mariano s’est promis de parler à son père, barricadé dans son mutisme. Car depuis le départ de sa mère, le silence pèse dans leur maison de Wissembourg. Et ce gamin de treize ans ne peut s’empêcher de se sentir responsable, même s’il parvient à s’évader par le sport et à conjurer la tristesse à coups de madeleines fourrées à l’abricot. Mais en ce grand jour, Mariano va voir le cours de sa vie basculer.
    Avec sensibilité, Éric Genetet dépeint le goût doux-amer d’une enfance délaissée et le difficile apprentissage de l’existence. Tomber est un récit intime, où seuls l’espoir et la volonté permettent de se relever.

     

    Mon avis : en cours

    Ma note : 9 / 10


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Calendar Girl, tome3 : mars 

    et version poche :

    Calendar Girl, tome3 : mars

     

    Éditeur : Hugo Publishing

    Genre : roman érotique

    Série : Calendar Girl

    Collection : Hugo Roman

    Résumé :

    Mia retourne à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie, et rend visite à son père, toujours dans le coma. Elle a également rendez-vous avec Blaine pour lui remettre le deuxième versement de sa dette. Mais, après cette rencontre peu agréable, la voilà déjà dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, un homme d'affaires italien.

     

    Mon avis :

     

    Troisième de la série qui parait-il fait fureur et qui émoustille et échaude surtout ses lectrices. Alors forcément la curiosité s’invite et l’on essaie à son tour de lire. On prend un tome, pas forcément au hasard mais un peu pour voir pourquoi  il y a déjà autant de tomes à l’actif de la dite série et pourquoi de nombreux lecteurs pour ne pas dire lectrices car je ne vois pas trop un homme lire ce genre de littérature, mais ne laissons pas les préjugés nous envahir et imaginons cela possible. Puis on entame la lecture. Couverture emplie de mystère d’une silhouette féminine, on évoque aussi que c’est « la sexy story de l’année ». Calendar Girl pour mieux mettre en place les choses, le public ciblé, une situation dans le temps peut-être ou l’envie d’originalité sur un titre déjà prêt à sortir en série en ajoutant "mars"… car il y aura avril, mai… jusqu’à décembre, sans doute. On imagine ! Et pour plus d’attraction on laisse le terme anglais car l’auteur n’est pas de chez nous mais de Californie et puis cela fait plus stylé, plus branché, non ? Après la plongée s’effectue dans l’histoire, au cœur du livre, des pages. Une lecture sans trop de difficulté, il faut lire vite et penser déjà à la suite sans oublier le bonus de quelques pages érotiques qui osent un peu pour que les lectrices en redemandent encore ou fantasment car elles ont le droit aussi aux généreux clichés du beau gosse qui se révèle homosexuel, zut, et de la belle étourdie qui succombe et qui a le cœur qui balance entre son meilleur ami bien sûr, l’amitié dangereuse qui tangue avec l’amour et le mec de passage. Ne parlons pas des méchants, des gentils, de la richesse du beau gosse homosexuel qui ajoute à son charme et son charisme de mâle dominant.

    Calendar Girl oui on peut lire, on peut aimer, se lire toute la série, par curiosité mais… comprendre le phénomène là c’est difficile. Loin de dire pourtant que le livre est mauvais ce serait mentir. Il a su séduire et saura encore le faire, il y a matière à passer un bon moment de lecture mais voilà, ce ne doit pas être ma tasse de thé. A cup of tea, please ? Non, merci.  L’érotisme est refoulé. On dirait qu’il est là juste pour donner un sursaut à la lecture et mon dieu on ose dire des gros mots en prime !! La lecture est comme un passage de TGV, cela passe vite, à peine le temps d’avoir la fièvre que déjà on repart sur les chapeaux de roue pour continuer l’aventure car l’héroïne a la bougeotte.

    Avril, mai… Janvier, février ? Peut-être…

     

    Calendar Girl ou le calendrier intime des filles encore à l’âge de l’adolescence… ou presque.

     

    Ma note : 6 / 10


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique