• Mal de pierres

     

    Mal de pierres

     

    Éditeur : Liana Levi

    Genre : roman

    Année d'impression : 4 janvier 2007 puis octobre 2016

    Résumé :

    Entourée de jeunes hommes qui pourraient demander sa main, l’héroïne tarde pourtant à trouver un mari car elle rêve de l’amour idéal. À trente ans, elle est déjà considérée une vieille fille par les siens, dans une Sardaigne qui connaît les affres de la Seconde Guerre mondiale… Et lorsqu’elle conclut une union très attendue, c’est en affirmant haut et fort que ce n’est pas par amour mais par raison. Comme son unique enfant, l’amour se fera attendre. Elle finira par le rencontrer sur le Continent, lors d’une cure thermale destinée à guérir son «mal de pierres», des calculs rénaux, mais qui aura raison aussi de son «mal d’amour». À sa petite-fille, elle racontera quelques décennies plus tard ses émotions, ses cheminements, tout en laissant des zones d’ombres. La vérité ne se recomposera que longtemps plus tard, de façon inattendue, lorsque la dernière pièce du puzzle se retrouvera entre les mains de la narratrice. Mais quelle est au juste la vérité?

     

    Mon avis :

     

    Le mal comme la douleur engendre de la beauté en toute chose. Il suffit de creuser. Mal de pierres est dans cette optique. Une belle écriture qui respire des odeurs, des bruits, de la musique, l'Italie, l'amour et la douleur. Un roman qui nous transporte, nous dépayse, nous bouleverse et nous révolte. Il devient notre mal de pierres mais celui qui nous guide vers un certain bonheur autant que vers une déchirure. Déchiré de ne pas continuer encore cette histoire d'amour et pire de voir qu'elle n'a pas vraiment eu lieu si ce n'est dans un esprit torturé et en quête. La quête d'un bonheur difficile à atteindre...

    On reprochera peut-être la venue d'une nouvelle à la fin qui bouleverse nos repères et cette intrusion surprenante de l'illustration de Pef qui pourtant donne un sens à la suite et marque encore une rupture mais on comprend mieux pourtant. La pierre a craqué comme ce mal de pierres qui ronge l'héroïne, éclatant soudain pour mieux reconstituer le puzzle jusqu'à sa totalité.  

    Milena Agus aura réussit à nous couper le souffle comme un frisson lors d'une caresse charnelle, à nous surprendre, à nous laisser choir sur les sentiers de l'imagination là où l'histoire d'amour a bien eu lieu et s'est même épanouie et qui sait si le fruit de la chair n'a pas engendrer un talentueux pianiste !

    Quand à l'éditrice, elle nous offre la beauté, l'envie de toucher, une nudité à découvrir comme un parfum d'amour et de bonheur troublant de son écrin de couverture réalisée par D.Hoch (couverture)  et Rob Goldman / Corbis (photographie), un peu floutée.

     

    Ma note :  8 / 10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :