• L'araignée est une fine mouche

     

    L'araignée est une fine mouche

     

    Éditeur : Nathan

    Illustrateur : Loïc Méhée

    Genre : roman cadet à partir de 8 ans

    Année d'impression : 9 février 2017

    Résumé :

    Qui pourrait se douter qu'Ursule la Tarentule n'est autre que Superspider, la célèbre justicière masquée ? Quand le commissaire Hanneton perd le fil, l'araignée démêle les affaires les plus tordues. Avec l'aide de Magali la Fourmi, elle capture les insectes malfaisants. Criminels d'Entomopolis, tremblez, l'araignée tisse sa toile !

     

    Mon avis :

    Le ton est donné dès le titre, le personnage principal n'est pas une simple araignée et on sent rend bien compte tout le long du roman. On ne peut nier le talent de Emmanuel Trédez qui manie les mots en jonglant entre références culturelles éditoriales (ou cinématographique selon les amateurs)  et sur la faune,  de l'humour. L'histoire tient la route et elle est mise en valeur par les illustrations de Loïc Méhée.

    Cependant, les références et jeux de mots prennent trop d'ampleur dans l'histoire malgré leurs qualités. On ne peut nier là un réel travail et une réelle volonté de l'auteur de faire dans l'original, de plaire et de tenter l'histoire qui marquera les esprits du jeune lecteur.

    L'humour s'est perdue dans une lourdeur qui gâche le plaisir de lire. 100 % humour ? Une accroche qui n'est pas révélatrice et certaine pour tous. De plus, les références à d'autres œuvres de manière quelque peu déguisées peuvent certes amener le jeune lecteur à la réflexion ou encore à en voir la subtilité si la connaissance est présente en son esprit mais des références plus lointaine comme France Cigale pour évoquer la chanteuse des années 60 et 70 France Gall feront plus effet sur un lecteur averti, voire un connaisseur de l'époque. De même pour la référence Thierry Le Termite qui suppose le comédien Thierry L'hermite connu notamment pour les Bronzés. De nos jours, les jeunes enfants n'ont pas forcément nos références culturelles. Il est pourtant vrai qu'ils peuvent se créer leur propre univers en lisant sans pour autant avoir une palette de connaissance culturelle large. Mais n'oublions pas dans quelle catégorie nous entrons pour la lecture : cadet dès 8 ans.

    Entre plaisir, humour, culture, originalité de l'histoire, l'opinion balance. Le lecteur est pris en sandwich entre une maturité trop pressée et un esprit régressif (les jeux de mots pour les personnages sont en effet sans rappeler " Drôles de petites bêtes" signé Antoon Krings chez Gallimard des albums jeunesse de 3 à 6 ans).

    L'araignée n'est donc pas totalement une fine mouche....

     

    Ma note : 5,5 / 10


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :