• Ici seulement nous sommes uniques

     

     

     

    Éditeur : Buchet Chastel

    Genre : roman

    Année d'impression : 22 août 2019

    Résumé :

     

    Ici commence et finit le monde. Ses limites sont précises et immuables, elles vont du troisième caroubier de la grand-route à l’extrême pointe des rochers de la crique, une poignée de kilomètres plus loin.
    Ainsi en a décidé Niso, debout sur le bassin blanc des grandes décisions, celui-là même où, chaque été, nous allons massacrer de minuscules serpents, dans une orgie de hululements sauvages. Ce jour solennel où Niso l’affirme, bras croisés sur la poitrine, relevant le menton comme son père : « Ici commence le monde », nous l’acclamons en chœur.

    Une île grecque. La lumière et la mer éblouissante. Des enfants se retrouvent là chaque été pendant quelques années. Leurs parents, archéologues, travaillent sur les fouilles d’un chantier. Des semaines au goût d’éternité qui les marqueront.

     

     

    Mon avis :

     

    Une belle île grecque, des enfants, des parents archéologues. Le décor est planté. Ici, j’oserais dire chez Buchet Chastel et sous la plume de Christine Avel, la littérature vaut de l’or, le lecteur a exploré et a déniché la pépite dont rêvent tous les archéologues, sa lecture comme une fouille minutieuse a repéré le beau roman, la qualité du style d’écriture de l’auteur avec des mots qui ne restent pas en surface, qui semblent avoir chacun une valeur particulière et indélébile, une richesse sous nos yeux et, notre regard ne tarde pas à voir toute l’histoire défiler sous ses yeux, chaque scène, chaque personnage comme si lui-même en faisait partie intégrante. Le roman n’est pas un Zola ou encore un Balzac mais sa qualité est certaine et avec Christine Avel on est comme happé par ce monde qu’elle nous décrit si bien, on est transporté sur cette île, on sent le soleil sur notre peau, on entend le bruit des vagues, les coups de pioches, le bruit de frottement des brosses sur les vestiges retrouvés, le déclic de l’appareil photographique. Rien n’est oublié ni laissé au hasard et le lecteur évolue avec les personnages, les voit changer, grandir, vibrer, souffrir. Le roman ainsi est magnifique, unique en son genre, sans fausse note et au-delà arrive même à délivrer un message des plus important quand à la nature abîmée, meurtrie, polluée par l’homme et le fait que l’enfance sublime tout dans l’innocence de l’âge et que l’âge pris fait évoluer les consciences et ramène à une tout autre réalité, ancrée dans le temps qui passe, qui change les choses et la vision que l’on a d’elles.

    Ici, donc seulement chez Buchet Chastel, le roman de Christine Avel peut être qualifié de unique, une pépite d’or dans leur catalogue à s’approprier au plus vite. Un roman lumineux, profond et d’une grande qualité littéraire.

    Un grand merci à Christine Avel et aux éditions Buchet Chastel.

    Ma note : 10 / 10

     

    Gros coup de  Résultat de recherche d'images pour "coeur gif animé sur plage"

     

    Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :